MURAT Live …

MURAT n’a jamais été aussi bon qu’en Live … Longtemps les spécialistes radio et TV ont considéré que le principal atout de l’Auvergnat était le bleu de ses yeux … En fait, et c’est toujours le cas aujourd »hui, l’ atout majeur du Brenoï réside dans sa voix …

Jean Louis Murat

Sur ce Blog 4ème du nom consacré à MURAT  peu de mots, peu d’écrits … que la voix de MURAT  … C’est parti …

1987 : « Pollen »« On attend que ça »

1990 : sur « Europe 1″ … une chanson d’une qualité exceptionnelle … je vous laisse découvrir …

1990 : le 15 février sur « Europe 1″ toujours MURAT  évoque : « Les victoires de la musique »  « Je m’en fous complètement » (…) « C’est nul !« 

1993 : re … « Pollen »« Tout est dit »

1994 : le 21 novembre sur « Europe 1″ autre merveille … « L’ange déchu »

1994 : sur « Europe 1″ l’émission « Top live » MURAT  réserve un inédit aux auditeurs … « Le charme » … superbe !

1994 : « Concert d’un soir » … 14 mars 1994 … « Le monde caressant »

J’écouterais cette chanson …  jusqu’à la fin de la nuit … jusqu’à la fin de ma vie …

1994 : le 21 décembre, l’ami FOULQUIER pour « Pollen »  reçoit MURAT … Tous deux parlent de la chanson préférée de l’Auvergnat : « La mémoire et la mer » et de son auteur : Léo FERRE … 

1999 : le 25 novembre 1999, en concert à RIS ORANGIS MURAT  nous livre cette belle version de « L’irrègulière » ou « La chanson de Dolorès » … 

1999 : le 25 novembre toujours à RIS ORANGIS, JLM évoque le « trou de Vulcania » et parle des « problèmes paysans ». Tout ou partie du « Grand lièvre » se résume déjà dans ses propos …

Comme quoi, MURAT, dont certains disent qu’il est devenu « réac » et qui n’achètent plus ses disques en partie pour ça, est avant tout cohérent avec lui-même … Il est proche des braves gens, dont il comprend les difficultés. A RIS ORANGIS dans l’extrait qui suit il nous parle avec gravité de ses amis qui se sont pendus … Je ne suis pas certain que son public à « tout compris » … Entre les rires de la salle et les propos tenus il y a un tel décalage ! Les gens de la ville sont tellement éloignés du fait paysan … On ne peut pas leur en vouloir …

2000 : Le 14 décembre MURAT  est en concert à Clermont. Nul n’est prophète en son pays. Le gars de LA BOURBOULE n’aime pas la grande ville et CLERMONT  ne fait pas exception. Piano voix il nous interprète « Mustang »

2003 : Le 11 mars  sur une station radio, MURAT  nous parle de « l’indicible » … les mots sont savoureux … du MURAT  « tout craché » … un bonheur …

 

***

La voix de MURAT  ??? Un article signé Arnaud VIVIANT paru dans les « Inrockuptibles » (novembre 1991) en parle avec délice :

« La voix de MURAT  est un vin de Chanturgue râpeux et hivernal, un brin de gentiane amère et sèche comme toutes les plantes à tisane, un bout de Saint Nectaire ou de Cantal, fromages à pate dure, au goût minéral. Au salon de l’agriculture, stand de l’Auvergne, elle pourrait ainsi trôner entre le saucisson de montagne, le crottin de chèvre volcanique et l’eau de Vichy. On la goûterait comme des oenologues, en se raclant la gorge, en faisant des mines. On la tartinerait sur du pain complet en reluquant les coiffes, en dansant la bourrée. Car de bure et de fumée, la voix de MURAT  est un produit régional ».

« Ce qui frappe d’emblée chez elle, c’est cet accent qui ouvre les « o » comme des corolles. Oui, l’Auvergnant parcfe qu’il est fainéant et qu’il vit au Sude de la loire, n’arrive pas bien à avancer les lèvres pour embrasser le « suprême clairon », comme disait l’autre, et boucler fermement son « o ». Ainsi le bougnat fait-il passer toutes les roses pour des rosses. Dans cette langue matinale et ampâtée, « jus de pomme » se prononce donc comme « jeu de paume » et on ne fait pas de différence entre voyelles longues ou courtes. Comme le Rhône  et la Saône dans Pluie d’Automne, le goût et le dégoût soulèvent poliment leur casquette circonflexe quand ils passent dans la bouche de MURAT. Des messieurs bien élevés ».

« N’empêche : à les voir ainsi décoiffés, un Alsacien, voire un Parisien, les reconnaît à peine. Ce sont des facteurs sans képi, des militaires sans leur casque, on n’a pas l’habitude. C’est peut-être pourquoi ils reviennent si pontuellement chez MURAT. Presque aussi souvent que l’adjectif « profonde » dont il sait faire crever les « o » comme deux bulles d’air à la surface d’un étang ».

(…)

« Pour cette raison, Rio, nouveaux, manteau, troupeau, animaux, sont ses mots préférés. Automne et monotone aussi. Et les rimes en – our qu’il ne rend jamais sourdes : amour, parcours, vautour, cours, Cabourg. Oui, MURAT  possède ce drôle d’accent ou la grâce devient grasse, ou fugace est un curieux Pégasse et débutant presque dégoûtant. Ou la faune et la flore sont aussi d’une même eau ».

« Allons plus loin. Et si MURAT apprécie tant la musique brésilienne, la sausade, la bossa, la musique de Caetano Veloso, Joao Gilberto, Erasmo Carlos ou Joao Bosco, celle d’Orfeu Negro aussi, n’est-ce pas parce que, dans la pauvre langue portugaise, la moitié des mots, sinistrement, s’achèvent en « o » ? ».

« N’importe : cette manière d’ouvrir les « o » comme des écluses vaut pour une loupiote dans le « corridor humide » qu’est la voix de gorge de MURAT. C’est cette lumière qui lui permet d’atteindre ce curieux registre que l’on pourrait qualifier d’aigu dans les graves. Tunnel transpercé de jour. Du coup, MURAT ne chante pas vraiment. Sa phonétique auvergnate chante pour lui. Pour sa maigre part, il se contente de surveiller la pyrographie des syllabes, en allumant ou en éteignant les mots – mèche courte, mèche longue -, en les modulant ».

« Avez-vous déjà essayé de fredonner MURAT, tout seul dans votre salle de bains ou le long de la route ? Son chant n’étant pas compris dans la musique, mais faisant plutôt de l’aquaplaning sur elle, la survolant comme en Australie les hélicoptères planent au-dessus des troupeaux, c’est quasiment impossible. Parler du chant, d’un chant en particulier, revient pour la majeure partie à mesurer à quelle distance réciproque il se situe, et du cri, et de la parole. Comme s’il se méfiait de la musique et pas encore assez de la littérature, le chant français de MURAT  reste celui qui courtise au plus près de la diction« .

(…)

« La chèvre et le berger. A l’exact opposé de MURAT, il y aurait le chant de Julien CLERC.  (…) CLERC chante avec bourgoisie ; chez lui toutes les syllabes s’entendent, bijoux qu’on exhibe à la rime, qui traînent, se suspendent (son fameux bêlement) au coup de la musique. On comprend tout et on songe à nos vieux instituteurs en blouse grise qui ânonnanient nos dictées. MURAT, peut-être parce qu’il est auteur, chante, lui, rapiat, resserré, avara, auvergnat. Il chante pauvre« .

« Gone withe the wind » : tel serait, à la fin, l’idéal vocal de MURAT  clapotis. D’où son pathétique amour pour le synthétiseur, fils dégénéré de l’orgue, c’est à dire du soufflet ».

***

Décidément tous ceux qui parlent de MURAT   ont du talent … Merci Monsieur VIVIANT !

***

Le 8 décembre 2009, sur les ondes de « Ouï FM » MURAT nous chante l’examen de minuit …

***

Nous sommes en mars 2013 à Meylan, c’est le début de la tournée « Toboggan » … La voix de MURAT est de plus en plus « Belle »

***

Les yeux de MURAT ont toujours le même éclat … son regard sur la société est plus pertinent que jamais … Une société qui va à veau l’eau … Qu’importe, nos « penseurs » s’en foutent plein les poches … La voix de MURAT a disparu des ondes … y compris « radio » …  La télé ???  Je n’en parle pas … « phagocitée »  qu’elle est par DRUCKER  et NAGUI, lesquels jour après jour « servent la soupe » à  ZAZ MOIRE – MAË  et consorts … Ce petit monde n’a qu’un but : nous faire croire que le soleil brille et que la vie est belle … « Dormez tranquilles braves gens … » !!!!

JLM Bellaiche

Quant à moi, je vais continuer mon petit bonhomme de chemin … Chaque matin,  je m’en vais me promener, avec  dans la tête, les mots de cet homme là …

***

Le 13 octobre 2014, dans le cadre de la promo de l’album « Babel » MURAT nous confie avoir « fréquenté la beauté » … un lieu … une femme …

***

Le 25 octobre 2015 dans les colonnes du journal « La Voix du Nord » Jean-Louis MURAT parle de sa voix en ces termes ! « Beaucoup de radios me disent que ma voix est dérangeante, trop hétéro, que c’est clivant pour leur public« . Pauvre France, je ne sais pas où l’on va mais on y va !

Ci dessous un fichier où sont répertoriées tous les titres chantés en « live » par MURAT à la télé, la radio ou sur le web …

fichier xls

***

8 Réponses à “MURAT Live …”

  1. Armelle dit :

    encore et toujours Murat! quel bonheur que ce nouveau blog auditif! Merci Didier!

  2. calvin dit :

    bonne continuation !

  3. Armelle dit :

    encore, encore!!!

  4. didierlebras dit :

    Dès que j’aurai un peu de temps … j’irai me promener jusqu’à nos jours. La voix de MURAT qu’elle soit parlée ou chantée est un vrai ravissement !

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

  5. didierlebras dit :

    Murat is the best !

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

  6. didierlebras dit :

    merci … Murat est le meilleur !

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

  7. Florence L dit :

    excellent papier de Arnaud VIVIANT, j’avoue que depuis longtemps je tente de décrire le parler, le chanter, l’accent si particulier de notre ami Jean-Louis et il en parle divinement bien ! chapeau !….
    merci du partage, Didier.

  8. didierlebras dit :

    MERCI A TOI … Florence. RELISANT LES PAPIERS SUR JLM … JE ME SUIS SOUVENT FAIT CETTE REFLEXION … MURAT DONNE DU TALENT A CEUX QUI PARLENT DE LUI … EXEMPLE JEAN THEFAINE …
    BONSOIR Florence.

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

Laisser un commentaire